Après la condamnation de Vital Kamerhe en appel, l’UNC prête à faire l’opposition à Félix Tshisekedi.

Partager

Les récentes sorties médiatiques des cadres de l’Union pour la Nation Congolaise avaient laisser une lueur d’espoir quant au sort qui devait être réservé à leur leader Vital Kamerhe qui attendait le verdict de son procès en appel ce mardi 15 juin.

Le prononcé du juge d’Appel a visiblement éteint tous les espoirs des cadres et militants du parti rouge et blanc. Bien que réduit de 20 à 13 ans des travaux forcés, la condamnation de Vital Kamerhe au second degré a suscité un vive tension au siège de son parti dans la commune de Barumbu où les militants ont brûlé les pneux en signe de protestation.

Au niveau de la haute hiérarchie de l’UNC, l’ont continue à dénoncer un procès politique visant à la tête de son président national :

 » Ce verdict fait rire même les vaches. Lorsque vous suivez le prononcé, vous avez l’impression d’être dans un scénario où absolument on cherche la tête d’une personne. Comment pouvez vous comprendre que le principal accusé qui est Jammal écope de six ans, Muhima une année et Vital Kamerhe dont on a jamais prouvé la moindre implication dans l’affaire soit condamné à 13 ans ? Cela confirme ce que nous avons toujours dit que c’était un procès politique, où on cherchait à abattre notre leader  » a déclaré Eraston Billy Kambale, secrétaire général de l’Union pour la Nation Congolaise.

L’ancien ministre de la jeunesse a, par la même occasion, promis des décisions importantes qui seront prises par son parti politique :

 » Demain il y aura réunion de la direction politique nationale, et les options seront levées, parce que trop c’est trop. Ce qui se passe c’est tout simplement la machination d’un groupe d’individus qui, au lieu de gérer la république, sont entrain de passer leur temps à régler les comptes aux hommes politiques « .

Ce ton belliqueux utilisé par Billy Kambale laisse entendre une possible rupture entre l’UNC et l’UDPS qui son dans la coalition Cap pour le Changement, CACH depuis 2018.

En cas d’une telle decision, l’UNC quittera de facto l’Union Sacrée et par ricochet, tous les ministres et mandataires publics membre de ce parti se verront sans aucun doute être obligés de quitter leurs postes.

Reste à savoir si la direction polique de l’UNC décidera ainsi. Dans ce cas, le parti de Vital Kamerhe va sans aucun doute basculer dans l’opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *