19 juillet 2024

Ministère de la jeunesse : Le ministre Yves Bunkulu et son bras droit Thérèse Mbuji Bungi cités dans un présumé détournement de 11 millions USD

0
Partager

Rédaction :+243817406088

Le passage de l’inspection Générale des finances aux secrétariats généraux de certains ministères dont celui de la jeunesse, initiation à la nouvelle citoyenneté et cohésion nationale vient de démasquer une bande des détourneurs des deniers publics au sein d’un ministère dirigé par un digne fils de l’UDPS, chantre du changement, le peuple d’abord et de l’Etat de droit.

Alors que les agents du secrétariat général à la jeunesse dénoncent le mauvais traitement salarial dont ils sont victimes, certains détourneurs et leurs complices s’enrichissent illégalement à la merci des agents, sans être inquiétés.

Jean Chrysostome Masala Bikugi, secrétaire général à la jeunesse arrivé le 24 novembre 2022 a été entendu au casier judiciaire sur le dossier 11 millions USD, enveloppe de soixante-deux dossiers traités dont le décaissement a bel et bien été effectué en 2022 par le trésor public ; dossiers qui n’ont malheureusement jamais été exécutés.

Présenté comme le suspect numéro un dans cette affaire, Jean Chrysostome Masala Bikugi a été lavé de tout soupçon après avoir présenté ses moyens de défense.

Le casier judiciaire, dans le souci de faire la lumière, invitera alors le ministre Yves Bunkulu pour la même affaire. Ce dernier ne reconnait pas avoir apposé sa signature dans ces dossiers ayant abouti au décaissement de 11 millions USD tout en dénonçant le fait d’avoir été victime de falsification de signature.

Mais quelle démarche avez-vous entreprise après avoir constaté la falsification de votre signature ? Lui ont demandé les agents du casier judiciaire. L’ancien président de la ligue des jeunes de l’UDPS semblait tergiverser et n’aurait pas convaincu ses interlocuteurs.

Comment un ministre peut-il resté silencieux quand bien même qu’ayant constaté la falsification de votre signature ? Comment un  dossier falsifié peut-il traverser toute la chaine des dépenses pour aboutir au décaissement de 11 millions USD par tranche sans que différents services du cabinet du ministre moins encore du secrétariat général ne soient au courant ? se demandent les observateurs avertis.

Thérèse Mbuji Bungi, prédécesseur de Jean Chrysostome Masala Bikugi au secrétaire général à la jeunesse et proche collaboratrice d’Yves Bunkulu serait impliquée dans cette affaire. Selon certaines indiscrétions, c’est elle qui aurait joué la partition pour faire réussir ce coup.

Citée dans plusieurs sales draps, Thérèse Mbuji Bungi semble être la personne qui porte ombrage à la vision du Chef de l’Etat. Déjà en 2019, elle avait été accusée de monnayer la mécanisation des agents moyennant 20 USD. Récemment, elle a été accusée d’être à la base du blocage de la prime des agents du secrétariat général

Plusieurs sources internent indiquent que le secrétariat général du ministère de jeunesse traverse une situation exceptionnelle. La paie des primes serait fonction des affinités avec Yves Bankulu. Il y aurait des proches du ministre et de Mbuji bungi qui percevraient cinq fois plus que la prime d’un chef de bureau ou d ‘un chef de division et autres cadre. Face à cette situation d’injustice totale, une structure syndicale projette une série d’actions pour tout dénoncer : dire non à la modicité de prime, à la paie des agents et cadres sur base d’un faux listing de paie etc…

Au-delà des dénonciations, la justice doit se saisir de cette affaire pour soigner l’image car, dans un Etat qui se veut de droit, une impunité ne peut à aucun cas être laissé impunie.

Rédaction

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *