Parquet de Mbankana : Soutenir les initiatives du Procureur de la République et Chef du parquet Taty Mungende Sangupamba dans la finition des infrastructures s’impose (enquête de la Rédaction)

0
Partager

Rédaction :+243817406088

C’est depuis 2018, par la volonté de la très haute hiérarchie judiciaire, que le Procureur Taty Mungende Sangupamba est à la tête du parquet près le Tribunal de Grande Instance de Kinkole, extension de Mbankana dans le plateau de Bateke. Depuis son avènement à la tête de cet office, celui qui est surnommé l’aigle du plateau est parvenu à imposer une ligne de conduite caractérisée par la crainte des sanctions avec une méthodologie de travail basée sur la rigueur, l’impartialité, la répression, la justice équitable… C’est d’ailleurs ce qui a concouru à la baisse du taux criminalité dans le plateau de Bateke.

C’est ce que l’enquête menée par le Journal Télévisé des Droits Humains en 2021 a révélé. Outre ce style de travail qui a apporté des fruits de manière ostensible, il a été aussi constaté que, dans la droite ligne de la vision du Chef de l’Etat qui a toujours fait de la bonne administration de la justice son cheval de batail, Taty Mungende Sangupamba a initié avec les moyens de bord, les travaux de construction des infrastructures qui abritent le parquet de Mbankana.

Les travaux de construction de l’amigo ont été achevés ; ceux d’un long bâtiment de quatre locaux pour magistrats à affecter et des installations hygiéniques de sept portes piétinent faute des moyens.

Cette initiative qui vise à doter le parquet de Mbankana des locaux dignes du troisième pouvoir mérite d’être accompagné non seulement par les autorités judiciaires, mais aussi, par toute personnes épris de la bonne administration de la justice et ceux qui accompagnent la vision du Chef de l’Etat dans ce secteur car dit-on, Il n’y aura pas une bonne administration de la justice si l’environnement dans lequel le corps judiciaire travail n’est pas assaini.

Les 2500 nouveaux magistrats qui viennent de finir leur formation devront être versés dans le corps et avec cette éventuelle affectation nous osons croire que le conseil supérieur de la magistrature pourrait envoyer quelques magistrats à Mbakana. Si ce bâtiment terminait avant l’affectation, ça serait une façon de les offrir un bon cadre de travail comme le disait Guy Lessard, président du Regroupement national des conseils régionaux du Quebec, « Un corps sain dans un environnement sain ». Le corps des magistrats est sensé travailler dans des bonnes conditions, d’où l’accompagnement de initiative du procureur Taty Mungende s’avère d’une importance non négligeable.

Joël Diawa

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *