25 mai 2024

Kinshasa : Un usurpateur se passant pour le magistrat Mbuyi Mukendi Guelord condamné à 5 ans de servitude pénale

0
Partager

 Rédaction :+243817406088

C’est au cours d’une audience publique tenue le mercredi 04 octobre 2023 dans l’enceinte de l’Université Protestante au Congo que le Tribunal de Paix de Kinshasa/Gombe siégeant en procédure de flagrance a condamné Jonas Bikwayi à cinq ans de servitude pénale principale assortie d’une amande de 3.000.000 CDF.

 

Trois Chefs d’accusations ont été mis à charge du prévenu à savoir, faux en écriture et usage de faux, usurpation d’identité et usurpation des fonctions publiques.

A en croire le ministère public, l’infortuné Jonas Bikwayi se faisant passer pour un Magistrat, a su se confectionner une carte d’électeur au nom Mbuyi Mukendi Guelord (magistrat nouvellement nommé) avec laquelle il a bénéficié de plusieurs avantages de ce dernier qui s’est constitué partie civile,  entre autres, le salaire depuis le mois de juillet.

Après instruction, le Ministre Public a requis pour l’infraction de faux en écritures et son usage, la peine maximale de 5 ans, pour l’usurpation de nom, la peine de 3 mois et pour l’usurpation de fonction publique, la peine de 2 ans avec le dommage et intérêts a attribué à la partie civile de l’ordre de 3.000.000 CDF.

La partie civile Mbuyi Mukendi Guelord a dans sa plaidoirie, outre le réquisitoire de l’organe de la loi, demandé 25.000 USD des dommages-intérêts pour les préjudices subis, alors que la partie prévenue a soulevé une exception d’incompétence du tribunal.

Le Tribunal de Paix de Kinshasa/Gombe a rejeté cette exception et a épousé le réquisitoire du ministère public. Le prévenu a été condamné à la peine maximale de cinq de servitude pénale assortie d’une amande de 5.000.000 CDF.

Notez que cette audience qui s’est tenue de 16H à 21H a été en présence des plus hautes autorités du Conseil Supérieur de la Magistrature et plusieurs Chefs des juridictions et parquets qui restent déterminés à décourager des telles pratiques et à mettre fin à l’impunité dans l’appareil judiciaire.

Joël Diawa

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *