18 juin 2024

RDC : Tshisekedi veut-il envoyer Kabila en exil ? (Chronique)

0
Partager

Rédaction :+243817406088

La Première alternance pacifique en République Démocratique du Congo qui a vu Joseph Kabila passer pacifiquement le pouvoir à Félix Tshisekedi aux termes des élections générales de décembre 2018 a été porteur de plein d’espoir. Pour la toute première fois, les congolais pouvaient enfin voir un président de la République en exercice et un ancien président habité sur le territoire national. Cette situation avait même été raffermie par l’accord de gouvernance signer entre d’un côté, le Cap pour le Changement de Félix Tshisekedi qui a remporté la présidentielle et de l’autre, le Front Commun pour le Commun de Joseph Kabila qui a raflé la majorité parlementaire.

Pour éviter une cohabitation qui devrait embrasser le pays, les deux parties ont convenu pour une coalition FCC-CACH. à la suite de près de quatre mois d’âpres négociations. Le 20 mai 2019, soit quatre mois après la prestation de serment de Félix Tshisekedi, Sylvestre Ilunga Ilunkamba (FCC) sera nommé Premier-Ministre. C’est finalement le 26 aout 2019 que le premier gouvernement de 66 membres sera publié dont 42 issus de la famille politique de l’ancien président.

Une coalition malheureusement aux allures d’une cohabitation ; et le gouvernement sera renversé par l’Assemblée Nationale le 26 avril 2021, conséquence d’une motion de censure soulevé en janvier de la même année par un parlementaire CACH, signé par 301 députés.

Félix Tshisekedi avait même promu de faire souvent recours à son prédécesseur pour des conseils au cas où le besoin se présentait.

Depuis, les deux hommes se regardent en chien de faïence ; s’en est suivi, des escalades verbales. Dans plusieurs interventions, Félix Tshisekedi a toujours dit vouloir ‘’déboulonner le système’’ Kabila, alors que Joseph Kabila par le truchement de ses états-majors, a l’accuse de vouloir instaurer, ‘’la dictature’’.

Dès lors que cette rupture est devenue effective, bon nombre de ceux qui se réclamaient fidèles à Joseph Kabila ont rallié l’autre camp pour constituer l’Union Sacrée pour la Nation.

Depuis la création de cette plateforme politique, le Président Félix Tshisekedi s’est petit à petit débarrassé de ceux qui semblaient avoir des liens avec son prédécesseur. En faisant table rase, il a en même temps, placé les pires ennemis de Joseph Kabila dans les postes stratégiques de l’appareil sécuritaire.

Après avoir nommé Jean-Pierre Bemba à la défense nationale, il vient de nommer  Eddy Kapend à la tête de la 22ème région Militaire dans le Haut Katanga.

D’aucun ne semble ignorer le passé tumultueux que ces deux hommes ont connu sous le régime de Joseph Kabila, et si l’on nommait encore d’autres ennemis de l’homme de Kingakati à la tête à la Police et au sein de l’appareil sécuritaire, la situation serait encore délicate.

Au regard du tableau tel que peint, tout porte à croire que Joseph Kabila est en train d’être poussé en exil, mais Félix Tshisekedi doit aussi comprendre que « l’ennemi de mon ennemi n’est pas nécessairement mon ami », nous a confié un analyste.

Joël Diawa

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *