Gestion de la CNSS:Jean-Simon Mfuti victime de la bataille UNC-AFDC-A ?

Partager

Rédaction :+243817406088

Contrairement à ce qui a été publié par certains médias en ligne, le Directeur Général a.i de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale n’a jamais été suspendu de ses fonctions. Cette mise au point est du secrétariat du directeur général de la CNSS dans son communiqué datant du 12 octobre 2022.

«Le secrétariat du directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale informe les cadres et agents de la CNSS, les assurés sociaux ainsi que l’opinion publique que monsieur Jean-Simon Mfuti Kiaku, directeur général a.i, n’a jamais fait l’objet d’une quelconque mesure de suspension de ses fonctions tel que relayé par une certaine presse en ligne malveillante », peut-on lire dans le communiqué, lit-on dans ce communiqué.

Cette information de suspension dont le secrétariat du Directeur Général de la CNSS qualifie de «ruse » pour dit-il « salir la réputation de son chef », a été publié par des médias supposés être proche de l’Union pour la Nation Congolaise, UNC.

D’après les proches de Jean-Simon Mfuti, un groupe des journalistes assimilé aux communicateurs de l’UNC auraient organisé une messe noire dans un espace à Kinshasa avec au centre des échanges, la CNSS et son Directeur Général ai. Et après leur rencontre, ils auraient fabriqué un communiqué qu’ils ont fait publier dans un média dont le responsable serait en conflit avec la CNSS, lequel communiqué faisait mention d’une quelconque suspension de docteur Jean-Simon Mfuti Kiaku.

Selon certaines sources qui se sont confiées à notre rédaction, il s’observerait ce dernier temps un conflit entre l’AFDC-A de Modeste Bahati Lukwebo et l’UNC de Vital Kamerhe. Les deux partis politiques membres de l’Union Sacrée se disputerait la gestion de cette société étatique. Jean-Simon Mfuti reconnu comme membre du parti de Modeste Bahati se voit donc être victime de cette bataille fratricide.

Les adeptes de l’ancien directeur de cabinet du chef de l’État convoiteraient ce poste et tiendraient à ce que ça revienne à leur parti lors de la prochaine nomination des mandataires publics. voilà toute la raison de cet acharnement accru dont Jean-Simon Mfuti Kiaku serait victime.

AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *