16ème conférence des bâtonniers: Me. Pépé Abaya Koy se satisfait des résolutions qui en découlent

Partager

Rédaction:+243817406088

La 16ème conférence des bâtonniers tenue à Kolwezi dans la province du Lualaba du 03 au 04 juin 2022 a levée plusieurs options. Parmi les résolutions prises, il a été décidé que tout avocat appelé à se rendre dans le ressort d’un barreau autre que celui de son appartenance, pour l’exercice ponctuel de sa profession, est tenu à se munir d’une attestation de son bâtonnier indiquant l’affaire et l’objet de son déplacement. Et cette attestation est à présenter au bâtonnier du barreau du ressort d’accueil avant toute prestation.

Une autre résolution prise, c’est celle relative à la tenue d’un avocat. La conférence des bâtonniers avait décidé que le port par un avocat d’une toge délabrée ou incommode dans l’exercice de sa profession, et des vêtements indécents ainsi que des chaussures inappropriées était interdit.

Dans une interview exclusive accordée à infos-droitshulains.net, Maitre Pépé Abaya koy est revenu sur ces mesures. Le secrétaire de l’ordre du barreau de Kinshasa/ Matete, estime que la première n’est pas discriminatoire, et elle est loin d’être assimilable à une discrimination comme le font croire certains avocats. C’est plutôt pour appliquer la loi.

« On est avocat près une Cour d’appel devant laquelle on a prêté serment, chaque avocat doit évoluer dans le ressort de sa Cour d’Appel. Tout ça, c’est pour réguler un peu, pour éviter le désordre, mais aussi pour protéger l’avocat, parce que dans le ressort on saura qu’un avocat qui n’appartient pas à ce ressort est dans notre ressort, il bénéficiera ainsi de la protection de ce barreau et des autorités judiciaires. D’autre part on assiste à une véritable dérive aujourd’hui. Vous avez des avocats qui appartiennent à un barreau donné, mais qui sont continuellement installés dans le ressort d’un autre barreau et qui exercent comme s’ils étaient dans leurs propres barreaux. Ce n’est pas de la discrimination, mais de la volonté du législateur», a-t-il dit.

Si un avocat estime que l’autre ressort lui présente un certain nombre d’avantages que le sien, Me. Pépé Abaya lui propose de « demander une inscription provisoire » afin «de rester dans les règles plutôt que d’évoluer dans la clandestinité ».

Quant à la deuxième mesure relative à la tenue des avocats, Cet avocat au barreau près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete estime que cela permettra à la profession d’avocat de retrouver sa lettre de noblesse.

« Il était important que le bâtonnier national revient sur la question. On a commencé à assister depuis plusieurs années à des tenues qui n’honorent pas la profession et qui s’écartent un peu des usages. Ce qui fait la particularité de notre profession, c’est la noblesse, sa dignité. On commençait à voir des avocats comparaitre de plus en plus devant les juridictions avec des toges qui n’étaient que des toges de nom. Le bâtonnier national a bien vu de rappelé cela afin que la profession d’avocat retrouve un peu ses marques ».

Rappelons que toutes ces résolutions prises par la 16ème conférence des bâtonniers entreront en vigueur dès le 15 octobre 2022.

Merlin Kamalandua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.