Il n’y a pas de doute, le Rwanda a soutenu les M23 pour venir agresser la RDC : Félix Tshisekedi brise la glace

Partager

Rédaction:+243817406088

Le président de la République Démocratique du Congo a clôturé ce dimanche, sa visite de travail effectuée à Oyo pendant 48h.

Cette rencontre intervenait dans un climat de discorde entre la RDC et le Rwanda. Ce dernier que Kinshasa accuse de soutenir les rebelles du M23 qui attaque sa partie Est.

Au cours du point de presse Co-animé avec son homologue du Congo Brazzaville à l’issue de sa visite, Félix Tshisekedi a réitéré sa volonté et sa détermination d’engager la RDC sur la voie de la paix avec tous ses voisins pour la stabilité et le développement de la sous-région.

« Dès mon accession au pouvoir, j’ai voulu envoyer un message très clair à tous les pays frères voisins. Un message de paix, un message de solidarité pour que nous puissions ensemble pour faire face aux difficultés et tourner nos pays vers le développement J’ai toujours soutenu qu’il fallait plutôt construire des ponts au lieu de construire des murs. Malheureusement aujourd’hui, nous en sommes là où nous sommes. Je suis le premier affecté, et j’espère que la situation n’en restera pas là», a dit le président de la RDC.

Pour lui, cette paix qu’il a toujours cherchée depuis son avènement à la magistrature suprême, n’est pas à considérer par les pays voisins comme une faiblesse.

« Le fait de vouloir la paix, la fraternité, la solidarité, n’est pas une faiblesse. La RDC que je voudrai voire est un pays ou règne la paix, la sécurité l’hospitalité. Mais cela ne doit pas constituer une occasion pour les voisins de venir nous provoquer », a-t-il renchérit.

Félix Tshisekedi a à cette occasion, dénoncer publiquement pour la première fois, le soutien que le Rwanda apporte aux rebelles du M23.

« Aujourd’hui c’est clair, il n’y a pas de doute, le Rwanda a soutenu les M23 pour venir agresser la République Démocratique du Congo. J’en veut pour preuve, en 2013, les même M23 étaient totalement défaits. Si aujourd’hui ils ont repris du poil de la bête, ça veut dire qu’ils sont partis de quelque part ».

En dépit de ce fait, le Chef de l’Etat congolais reste convaincu que les pourparlers entamés ne seront pas affectés par cette situation. D’où, sa demande à toutes les parties prenantes à revenir au bon sens pour faire avancer le processus.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.