Production de l’hydrogène vert à partir du projet Grand Inga: Le Premier Ministre Sama Lukonde favorable à la signature d’un accord de coopération entre la RDC et le groupe australien FFI

Partager

Rédaction :+243817406088

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a reçu, ce lundi 30 mai, une délégation du groupe australien FFI (Fortescue Future Industries) venue lui présenter le rapport sur l’état d’avancement de leur projet en RDC en vue de la signature d’un accord de coopération pour la production de l’hydrogène vert à partir du projet Grand Inga dans le cadre de la transition énergétique.

Évoluant dans les mines en Australie, FFI veut se lancer, en RDC, principalement dans la production de l’hydrogène vert, un produit adapté pour la transition énergétique, la production de l’ammoniac vert, et le traitement des métaux verts pour la consommation locale et pour l’exportation. Il compte produire 70 mégawatts d’énergie verte au total, soit 15 du barrage de Pioka, 15 du barrage de Matadi, et 40 du grand INGA.

de Fortescue Future Industries l’a déclaré à la presse au sortir de cette séance de travail avec le Chef du Gouvernement.

« FFI est très engagé à développer son projet en RDC. Il (le Premier Ministre) a donné son soutien total a ce projet. Notre équipe des techniciens est en train de travailler aussi bien sur les aspects techniques que sociaux. Il est important, pour notre compagnie, au-delà de développer le projet, de nous assurer que les communautés se développent correctement, l’éducation, la santé, de la création des emplois, mais également des opportunités qui peuvent se créer en termes d’entreprises qui peuvent saisir des contrats», a déclaré Julie Shuttleworth, Directrice Générale de FFI au sortir de cette audience.

Conduite par le conseiller spécial du Chef de l’État en charge des Infrastructures, Alexis Kayembe, tout le staff dirigeant de cette entreprise était déjà arrivé en septembre 2020 pour présenter ce projet au Premier Ministre de l’époque. Très intéressé par le projet, le Chef de l’État avait demandé que le protocole d’accord relatif à ce projet soit signé.

« Ce qui est intéressant pour nous aujourd’hui, c’est d’avoir des partenaires qui promettent et qui réalisent. On ne peut pas seulement produire de l’électricité pour la consommer directement. L’électricité devient maintenant un produit marchand qui va faciliter la production d’autres produits de valeur ajoutée. FFI est l’un des rares partenaires qui arrivent et ne demande pas de garantie souveraine, ni de titre minier pour pouvoir organiser le projet», a-t-elle renchéri.

Aussitôt l’addendum sur le contrat signé, le rythme des travaux va s’accélérer pour être en mesure de faire du développement au bénéfice de tous, rassure le staff de FFI.

Tout en gardant le leadership du projet Grand Inga qui englobe Inga 3 et pèse plus de 40 milliards de dollars américains, FFI reste ouvert aux autres partenaires qui peuvent respecter les mêmes principes que lui, c’est-à-dire, travailler avec intégrité, et employer des Congolais, ne pas amener des ouvriers des autres pays, former les Congolais et respecter les lois du pays.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.