19 juillet 2024

Lutte contre la traite des personnes et vulgarisation de la loi y relative : A travers la formation de 2500 nouveaux magistrats, Eric Kuku Kiese se satisfait du fait que le pouvoir judiciaire ait pris en main les objectifs de la coordination

0
Partager

Rédaction :+243817406088

Venus de l’ensemble du territoire national, 2500 nouveaux magistrats civils et militaires nouvellement nommés par le Chef de l’Etat sont en pleine formation à Kinshasa, question de se doter des compétences nécessaires avant leur entrée effective en fonction.

Les modules du jeudi 05 et vendredi 06 octobre 2023 ont portés sur la criminalité transfrontalière, une thématique qui met en exergue trois infractions connexes à savoir, le blanchiment des capitaux, le financement du terrorisme et la lutte contre la traite des personnes. Pour l’Avocat Général Eric Kuku Kiese coordonnateur adjoint de la coordination en charge la jeunesse, violence faite à la femme et lutte contre la traite des personnes et l’un des formateurs l’alignement de cette thématique prouve la détermination des autorités à lutter contre ce fléau.

« En animant un module qui met en exergue la thématique sur la traite des personnes, avec des infractions connexes, le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, nous estimons que les autorités judiciaires, plus précisément, le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature avec l’appui du Secrétaire permanent et du Directeur Général de l’Institut National de la Formation Judiciaire, INAFORJ, ont à juste titre, relevé l’intérêt que cette thématique auprès des magistrats. Vous comprenez que je suis tout à fait dans mon aise de pouvoir non seulement exposer sur ce module, mais je me satisfais que le pouvoir judiciaire puisse mettre beaucoup d’accent sur cette thématique que nous estimons extrêmement importante pour notre pays», a-t-il confié.

Les magistrats qui sont perçus comme des acteurs de première ligne dans la chaine pénale pour lutter efficacement contre la traite des personnes, Eric Kuku Kiese également voulu capitaliser cette occasion afin de vulgariser la loi sur la traite des personnes promulguée le 26 décembre 2022 par le Président de la République.

« L’appréhension des notions de base sur la traite des personnes, permettra à coup sûr, aux magistrats congolais non seulement d’avoir la maitrise sur la loi numéro 22/067 du 26 décembre 2022, modifiant et complétant le décret du 30 janvier 1940 portant code pénal congolais en matière de prévention et de la répression de la traite des personnes, mais, ça leur permettra aussi de se fixer sur les différentes formes particulières de crime qu’on appelle traite des personnes notamment le trafic des organes, la mendicité forcée, la prostitution forcée, la servitude pour dette et toute autre forme de traite des personnes qui se commettent constamment non seulement ici dans la ville de Kinshasa, mais à travers les différentes provinces de la République pour que dans l’avenir, lorsqu’ils auront à poser des actes comme magistrats, agir de manière à mettre fin à toute forme de trafic des enfants essentiellement et trafic portant sur l’exploitation sexuelle en République Démocratique du Congo », a poursuivi le Procureur Kuku Kiese avant de renchérir :

« …En exposant sur ce module, non seulement nous assurons la vulgarisation de la nouvelle loi sur la traite des personnes, mais en parlant du blanchiment des capitaux et du financement du terrorisme, nous assurons également et incidemment, la vulgarisation de la loi portant n°22/068 du 27 décembre 2022 portant lutte contre le blanchiment des capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes à destruction massive. Donc, nous croisons la vulgarisation des deux textes qui sont des textes nouveaux que le Chef de l’Etat a pris soin de promulguer à la fin de l’année 2022 et qui marque la détermination que non seulement le gouvernement congolais a, mais également, le pouvoir judiciaire sur le plan particulier, à lutter efficacement contre ces genres des crimes organisés ».

En République Démocratique du Congo, la coordination en charge de la jeunesse, lutte contre les violences faites à la femme et traite des personnes et ses différents partenaires ont eu à former depuis 2022, environs 1500 acteurs de première ligne dans la chaine pénale. Cette formation dispensée par Eric Kuku Kiese à 2500 magistrats est un coup réussi par cette structure rattachée au cabinet du Chef de l’Etat qui a vu le nombre des acteurs de première ligne sensiblement augmenté.

Joël Diawa

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *