Droits de l’Homme en RDC : Le rapport à mi-parcours de mise en œuvre des recommandations du 3ème cycle de l’EPU de 2019 validé

Partager

Rédaction: +243817406088

Le rapport à mi-parcours de mise en œuvre des recommandations du troisième cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU) de 2019 en République Démocratique du Congo a été examiné et validé ce mercredi 16 novembre 2022 à Kinshasa au cours d’un atelier organisé par le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme en collaboration avec le comité interministériel des Droits Humains.

Ce rapport contient 267 recommandations dont 239 acceptées et 28 notées formulées à la RDC sur la situation des droits de l’homme par le conseil des droits de l’homme à Genève en 2019 lors de sa 42ème session de l’EPU a rappelé Abdoul Aziz Thioye, le directeur du BCNUDH et représentant du haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme en RDC.

« Ces recommandations portent sur divers sujets touchant à toutes les catégories de Droits de l’Homme et à tous les secteurs de la vie nationale notamment, la ratification d’instruments juridiques internationaux et régionaux, l’élimination des violences sexuelles, l’autonomisation de la femme et sa participation à la vie publique, la mise en œuvre de la loi portant criminalisation de la torture et la protection des peuples et groupes vulnérables », a-t-il fait savoir.

Le représentant du haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme en RDC a, par la même occasion, appelé les participants à cet atelier à examiner sans complaisance ce rapport à travers des échanges francs et constructifs pour une meilleure mise en œuvre des recommandations de l’EPU par la RDC : « C’est pourquoi, leur mise en œuvre ainsi que leur suivi constituent une étape primordiale qui permettra à la République Démocratique du Congo d’avancer considérablement dans l’atteinte des objectifs pour le développement durable ».

Abdoul Aziz Thioye a par ailleurs promis le soutien financier et technique du BCNUDH pour l’amélioration de la situation de Droits de l’Homme en RDC : « En vous souhaitant de fructueux travaux, je réitère l’entière disponibilité de mon bureau à accompagner toutes les parties prenantes nationales dans leurs initiatives visant à améliorer la situation de Droits de l’Homme en République Démocratique du Congo ».

Enthousiasmé par le soutien du BCNUDH, le directeur de cabinet et représentant du ministre de Droits Humains s’est montré très reconnaissant vis-à-vis de cet organisme onusien.

« Nous tenons à remercier le bureau conjoint qui ne cesse de nous accompagner dans toutes les activités entrant dans les missions dévolues au ministère de Droits Humains », a dit Tony Ntambu Ndambi.

L’élaboration et la soumission du rapport à mi-parcours de mise en œuvre des recommandations de l’EPU est un exercice volontaire auquel la RDC s’est engagée à se plier en vue de partager ses expériences, les bonnes pratiques, les défis à relever et de recueillir les observations et d’obtenir l’appui technique et financier de ses partenaires pour une mise en œuvre optimale des recommandations acceptées.

L’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme du conseil de Droits de l’Homme établi par la résolution 60/251 de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 15 mars 2006 qui rappelle aux Etats leurs obligations de respecter pleinement et de mettre en œuvre tous les droits de l’homme et libertés fondamentales. Son objectif est d’améliorer la situation de Droits de l’Homme dans tous les pays et de répondre à ses violations où qu’elles se produisent.

AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *