Processus de la justice transitionnelle en RDC : Une feuille de route vient d’être mise en place

Partager

Rédaction:+243817406088

Rideaux tirés de l’atelier de réflexion sur le processus de la justice transitionnelle en République Démocratique du Congo. Durant trois jours, soit du 19 au 21 juillet 2022, les participants ont fait l’état des lieux et cogité sur les perspectives en vue de l’élaboration de la politique nationale de la justice transitionnelle.

Lors des échanges, un document des concepts articulant toute leçon tirée, une politique cohérente, multidimensionnelle qui raconte des réalités locales, des vulnérabilités diverses a été produit.

«. Il s’agit bien d’un plan Marshall incluant la nécessité de bâtir des capacités nationales dans tous les domaines nécessaires à la refondation d’un état présent, protecteur de la vie et des biens de tous les congolais », a fait savoir Bacre Waly Ndiaye, président des experts internationaux sur la justice transitionnelle en RDC.

Le directeur du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) a salué l’assiduité et l’engagement des participants vu le travail qu’ils ont abattu, Abdoul Aziz Thioye a, par la même occasion, émis le vœu de la mise en place de la feuille de route issue de cet atelier.

«Je voudrais vous remercier pour votre assiduité et le sérieux que vous avez accordé au travail qui vous aviez été convié. cela démontre votre engagement et l’intérêt que vous apportez sur la justice transitionnelle qui est l’un des programmes le plus attendu pour la RDC ».

Représentant du gouvernement à ces assises, le ministre des droits humains, Albert-Fabrice Puela a réitéré sa détermination de finir avec les affres du passé à travers l’implémentation de la justice transitionnelle en RDC.

« Nous réitérons ici non seulement la volonté du gouvernement, à travers l’implication personnelle du chef de l’état, afin que la justice transitionnelle avec l’ensemble de ses piliers soit mise en œuvre pour que les affres du passé soient définitivement enterrées, mais surtout qu’elles ne se reproduisent plus jamais », a promis Albert-Fabrice Puela.

Pour le troisième et dernier jour, les participants étaient soumis aux travaux de groupe sur les différents thèmes liés à la justice transitionnelle. Tenu à Kinshasa, cet atelier a été organisé conjointement par le BCNUDH, le ministère des droits humains et l’équipe des experts internationaux sur la RDC

AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.