RDC: le BCNUDH et le ministère des Droits Humains ont célébré la journée internationale de soutien aux victimes de la torture

Partager

Rédaction :+243817406088

Le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH), en collaboration avec le ministère des droits humains ont organisé ce 6 juillet à Kinshasa, une table ronde dans le cadre de la journée internationale de soutien aux victimes de la torture qui devait être célébrée le 26 juin 2022.

Au cours de cette table ronde, plusieurs thèmes ont été développés ; à l’instar de la répression de la torture par les juridictions militaires en RDC de 2016 à nos jours: statiques, défis et recommandations. Ce sujet a été abordé par le Colonel Raphaël Mokuta. Ce magistrat militaire et avocat des forces armées a soulevé une observation selon laquelle, il y a une faible répression de ce crime par les juridictions militaires.

L’unique institution étatique en matière des droits de l’homme en RDC, la Commission Nationale des Droits de l’Homme, à travers son secrétaire technique, est revenu sur sa contribution dans la lutte contre la torture en RDC. laquelle contribution est fixée par l’article 6 de la loi de 2013 instituant cette institution d’appui à la démocratie.

Halidou Ngapna, représentant de la directrice adjointe du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme à quant à lui, rappelé les mécanismes internationaux et régionaux de lutte contre la torture. parmi lesquelles l’on peut citer le comité international contre la torture.

Les organisations de la société civile des droits de l’homme présentes également à cette activité ont plaidé pour l’accélération dans la mise en œuvre des observations finales du comité contre la torture faites à la RDC.

Parmi ces observations finales, il y a la mise en place du mécanisme national de prévention contre la torture. Le ministre des Droits Humains, Albert-Fabrice Puela, l’un des modérateurs à cette table ronde, a reconnu la nécessité qui s’impose pour l’implémentation de ce mécanisme en RDC.

Toutes les parties prenantes à ces assises affirment que beaucoup reste à faire pour espérer à une lutte efficace contre la torture en RDC.

AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.