RDC : Plusieurs journalistes de Kinshasa formés sur l’avortement sécurisé grâce au partenariat RJSSR-MSI.

Partager

Rédaction :+243817406088

Plusieurs journalistes de Kinshasa ont pris part ce lundi, 4 juin, à un atelier de formation sur les avortements. Cet atelier a été organisé par le Réseau des Journalistes pour la Santé Sexuelle et Reproductive(RJSSR).

« Il a été important de sensibiliser les journalistes qui sont parmi les acteurs influents de la société sur cette question des avortements qui constituent la deuxième cause de la mortalité maternelle en RDC. Il s’avère très nécessaire de faire le relai aux journalistes de ce sujet qui n’est plus tabou comme avant pour permettre aux jeunes filles et garçons des mécanismes légaux consacrant l’avortement sécurisé. Ceci mettra fin à l’ignorance liée à la vie sexuelle et reproductive épanouie, surtout aux avortements clandestins», a dit Bibiche Mbete, la coordonnatrice du RJSSR.

David Kingudi, l’un des orateurs, a expliqué les différentes lois qui légalisent l’avortement en RDC notamment le code de déontologie des médecins de 1973, le protocole de Maputo ratifié par la RDC en 2008 et la loi sur la santé publique de 2018 reprenant textuellement l’article 14 du protocole de Maputo.

Au regard de toutes ces lois, on parle d’après, David Kingudi, de l’avortement thérapeutique ou sécurisé s’opérant selon les normes reconnues par l’Organisation Mondiale de la Santé et sur base des conditions.

«Conformément à l’article 14 du protocole de Maputo, l’avortement sécurisé se fait au cas où la grossesse mettant en danger la santé physique et mentale ou de la vie de la mère et de foetus, de la grossesse découlant de l’agression sexuelle, du viol et de l’inceste».

Cet atelier de formation a été rendu possible grâce à l’appui technique et financier de Maries Stopes international.

AM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.