Dossier Ogefrem: Les détracteurs de Lem’s Kamwanya veulent induire le Chef de l’Etat en erreur (enquête)

Partager

Rédaction :+243817406088

C’est depuis le vendredi 18 juin dernier lors de la cinquante huitième réunion du conseil des ministres, que le Président de la République a instruit au Ministre des Transports, Voies de Communication et de Désenclavement de procéder à «une nouvelle nomination pour assurer l’intérim du Directeur Général » de l’Ofice de Gestion du Fret multimodal, (Ogefrem) «jusqu’à nouvel ordre ».

Il a été rapporté au Chef de l’Etat que les mécanismes de gestion des problèmes sociaux ou de gouvernance imposés par les Ministres de tutelle, affectent parfois le fonctionnement harmonieux de ces structures et conduisent à de graves difficultés.

Il lui a été encore rapporté qu’il se constate une inobservance de certaines recommandations hiérarchiques allant dans le sens de résoudre les problèmes.

Fort malheureusement, toutes ces informations mises à la disposition de Félix Tshisekedi sont fausses et ont été concoctées des laboratoires bien identifiables par des personnes qui veulent la tête de l’actuel Directeur Général ai.

Après l’enquête menée par la rédaction de infos-droitshumains.net, il s’avère qu’au sein de l’Ogefrem, la paix règne, et qu’il n’y a rien de nature à affecter cette paix retrouvée.

Plusieurs agents et cadres de l’Office de Gestion du fret Multimodal Ce sont confiés à notre rédaction et ont rassuré que depuis l’avènement de Lem’s Kamwanya, la paix sociale a été retrouvée.

« Depuis le mois d’avril, il y a eu nomination de Lem’s Kamwanya, à la grande satisfaction des agents et cadres qui ont toujours plaidé pour la nomination d’un fils maison, parce que l’Ogefrem est une entreprise très technique, il nous faut quelqu’un qui connait les rouages.», nous a confié un cadre de l’Ogefrem.

« Il y a seulement deux mois qu’on venait de nommer un DG ai. Apparemment, ceux qui ne veulent pas l’évolution de l’entreprise veulent qu’on puisse aller de DG ai en DG ai. Il faudra donner aussi le temps à celui qu’on venait de nommer pour faire le travail », a pour sa part dénoncé le président de l’intersyndical.

Il s’observe également dans la plusieurs provinces, les agents et cadres de l’ogefrem expriment leur soutien indéfectible à Lem’s Kamwanya et à toutes les actions qu’il a eu a entreprendre durant ces deux mois à la tête de l’entreprise.

Depuis le départ de Olivier Manzila, le personnel de l’Ogefrem dit avoir retrouvé la paix sociale contrairement à ce qui est rapporté au Président de la République.

« Vous allez parcourir nos bureaux par curiosité, vous allez constater que les agents et cadres de l’Ogefrem ont retrouvé la paix ; la cohésion est rentrée ; Nous avons accepté l’actuelle équipe et nous travaillons en harmonie », a dit un agent.

«Pour nous, l’Ogefrem est désormais en paix, il n’y a plus de grogne, il y avait un problème sérieux, mais depuis qu’il (Olivier Manzila) est parti, nous avons retrouvé la paix », a confié pour sa part, Cécile Idungunae, présidente de la délégation syndicale.

Cette dernière n’entend pas céder aux intox, ensemble avec la délégation syndicale, elle comte saisir le Chef de l’Etat pour lui présenter le vrai rapport de la gestion de l’Ogefrem.

« Il n’y a pas beaucoup d’entreprises qui ont encore le niveau de l’Ogefrem. Nous devons le maintenir parce que, ici, il y a encore cette discipline de travail. On ne peut pas parler des agents de l’Ogefrem en dehors, c’est à l’Ogefrem qu’il faut parler de l’Ogefrem. Présentement, nous ne pouvons pas céder à des intoxications. Nous nous préparons à saisir le chef de l’Etat pour lui présenter ce qui se passe réellement ici ».

En seulement deux mois passés à la tete de l’Ogefrem, Lem’s Kamwanya a réalisé des prouesses incroyable dont voici les sept qui ont retenu notre attention :

• Plus de grogne sociale depuis sa nomination, sérénité totale au sein de l’Ogefrem ;

• Organisation de formation en faveur de près de 500 agents de Kinshasa, de l’intérieur et de l’étranger;

• Amélioration des conditions de travail par l’acquisition des mobiliers et équipements informatiques ;

• Paiement régulier des salaires et dans le délai réglementaire sur ressources propres;

• Apurement de tous les découverts bancaires, aucun compte bancaire de l’Ogefrem n’est au rouge à ce jour ;

• Montage et lancement d’une Tour de contrôle pour assurer la traçabilité des marchandises à l’import et à l’exportation ;

• Intégration des frais de garde dans la rémunération avec effet sur l’augmentation des salaires.

« La revendication des agents c’est souvent le salaire. Sur ce point-là, le salaire des agents et cadres de l’Ogefrem est toujours payé à temps réglementaire. L’innovation que l’actuel DG a amené par rapport au payement, il a été inséré les frais de garde dans le salaire. Cette rubrique a été demandé et obtenue par la délégation syndicale depuis la réunion paritaire de 2018, mais n’a finalement été appliqué que sous Lem’s Kamwanya », nous a confié la présidente de la délégation syndicale.

Au regard de la réalité tel que présenté, cela fait l’ombre d’aucun doute qu’il n’ya aucune crise au sein de l’Office et que le chef de l’Etat s’est désormais fait l’idée sur ce qui est réellement l’Etat de cette entreprise sous Lem’s Kamawanya.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.