19 juillet 2024

Nouvelle taxe pour la rémunération des prestations de l’ARPTC : Allégations fausses et mensongères de la FEC pour l’intérêt des multinationales. l’ARPTC n’a permis aucune augmentation des tarifs.

0
Partager

Rédaction :+243817406088

Un jour après le communiqué de presse de la Fédération des entreprises du Congo faisant état de l’augmentation dans les tous prochains jours, des tarifs de télécommunication de suite de la nouvelle taxe qu’aurait instauré le gouvernement à charge des opérateurs de télécommunications, l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications n’a pas tardé à réagir en y a apportant un démenti.

Dans un communiqué datant du 02 juin, l’ARPTC a démenti ces allégations qu’elle qualifie de fausses et mensongères.

« Ni le gouvernement, ni l’ARPTC ne prévoit des nouvelles taxes à charges de nos citoyens. Au contraire, la législation applicable protège nos citoyens contre les augmentations tarifaires arbitraires et abusives des opérateurs », peut-on lire dans ce communiqué.

L’ARPTC regrette que qu’à travers son communiqué, la FEC puisse mener « une campagne de désinformation… tendant à faire prévaloir les intérêts des multinationales sur le bien du peuple congolais ».

Ce service rattaché au Président de la République promet en outre des sanctions à l’encontre les opérateurs qui ne se conformerons pas à la législation relative aux télécommunications en RDC.

«L’article 164 de la numéro 20/017 du 25 novembre 2020 relative aux télécommunications et aux technologies de l’information et de la communication est extrêmement clair : selon celui-ci, les opérateurs qui souhaitent revoir leurs tarifs, doivent d’abord solliciter l’accord de l’ARPTC. En l’occurrence, l’ARPTC n’a permis aucune augmentation des tarifs… tout opérateur de télécommunication qui tenterait illégalement d’augmenter ses prix, quelques soient les motifs, ou de propager les fausses informations avec l’intention de nuire aux intérêts de l’Etat, sera sévèrement sanctionné conformément à la législation en vigueur ».

A la lecture de ses deux communiqués, il se dégage un conflit entre les opérateurs de télécommunications représentés par la Fédération des Entreprises du Congo et l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunication. Un conflit dont, à la lumière des faits, la population risque d’en payer les frais.

Joël Diawa

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *