18 juin 2024

RDC: Des poursuites engagées contre Stanis Bujakera constituent une tentative autocratique pour réduire au silence toutes les voies dissonantes et d’empêcher les journalistes indépendants à mener leurs activités (RAJEC)

0
Partager

Rédaction :+243817406088

Le Rassemblement des Journalistes pour l’Emergence du Congo, RAJEC qualifie l’arrestation du journaliste Stanis Bujakera d’harcèlement et de marginalisation continus qui passent outre le code d’éthique et de déontologie des journalistes et la loi sur l’exercice de la liberté de la presse en RDC. Cette déclaration a été faite au cours d’un point de presse tenu ce 13 septembre 2023 à Kinshasa.

« Le service de sécurité mis en place pour enquêter sur l’assassinat de Chérubin Okende va centrer son interrogatoire sur la publication d’un rapport de l’ANR dont le journaliste n’est pas visiblement auteur. Pour nous RAJEC, cette affaire infligée à cet infatigable chasseur d’informations qui n’hésite pas à abandonner son épouse et ses enfants, est une tragique illustration de la chasse aux sorcières lancée contre les journalistes que nous sommes. Cela s’avère comme une honte pendant cette période historique que traverse notre pays. Les journalistes professionnels, les médias indépendants subissent un harcèlement et une marginalisation continus »,  a dénoncé Edmond Izuba, porte-parole du RAJEC.

A l’en croire, « des poursuites engagées contre Stanis Bujakera constituent une tentative autocratique pour réduire au silence toutes les voies dissonantes et d’empêcher les journalistes indépendants de mener leurs activités ».

C’est ainsi que le RAJEC « exige endéans 72 h, la libération sans condition  ce journaliste qui n’a violé aucune disposition déontologique, ni légale ».

« Nous demandons aux autorités compétentes de le laisser travailler libre et en toute sécurité et de prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer cet état qui devient de plus en plus désastreux de la liberté de presse. Nous appelons les organisations, les organismes de défense et de promotion des droits de l’homme, de la liberté de presse nationaux et internationaux de maintenir la pression sans relâche jusqu’à la libération de Stanis Bujakera », tonne le RAJEC qui promet par ailleurs, de «mener des « manifestations de grande envergure » dans un avenir proche au cas où Stanis Bujakera ne recouvre pas sa liberté.

Cette structure des professionnels de média  a également saisi la meme occasion pour exprimer sa solidarité au journaliste Gauthier Sey, poursuivi par l’artiste Fally Ipupa ; elle a compati également avec les Journaistes tombés au front lors du récent carnage de Goma.

Pour rappel, Stanis Bujakera, journaliste à Jeune Afrique et actualité.cd est actuellement sous mandat d’arrêt provisoire au Parquet Général près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe. Il a été appréhendé le 8 septembre dernier aux alentours de 21heures à l’aéroport de N’djili par les services de renseignement pendant qu’il s’apprêtait à se rendre à Lubumbashi. Selon les certaines sources non officielles, il lui serait reproché d’avoir publié un rapport d’une enquête secrète sur l’assassinat de Chérubin Okende.

AM

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *