Élections de 2023 :L’ACIDH outille les acteurs de la société civile sur les garanties à un procès équitable

0
Partager

Rédaction : +243817406088

Comment éviter les entorses au droit  à un procès équitable avant pendant et après les élections de 2023 ? Cette question était au centre d’une conférence-échange organisée ce lundi 15 mai 2023 à Kinshasa par l’ONG Action Contre l’Impunité pour les Droits Humains (ACIDH).

Par ces assises l’ACIDH a voulu sensibiliser la population sur la redevabilité des acteurs judiciaires qui doivent « respecter les Droits Humains et les garanties de procès équitable ».

Défenseurs des Droits Humains, militants pro-démocratie, journalistes et militants des partis politiques de l’opposition ont été initiés sur « les garanties au droit à un procès équitable au cours du processus électoral, cas des violations des droits de l’homme », des enseignements dispensés par Me Marcel Wetsh’okonda.

L’objectif poursuivi par l’ACIDH est d’accroître les connaissances des participants sur les violations des droits humains et le non-respect des garanties des droits à un procès équitable, les amener à engager la responsabilité des acteurs judicaires en cas de non- respect des droits humains, d’absence d’équité, contribuer à la diminution de l’influence du pouvoir exécutif sur la justice.

« Nous sommes en plein processus électoral. L’ACIDH a eu à mener une étude entre 2019 et 2020 dont le rapport a été publié. Cette étude a révélé les éléments qui ont fait que pendant le processus électoral de 2018, il a eu plusieurs violation des  droits à un procès équitable ; raison pour laquelle nous sommes en train de sensibiliser la population, la société civile, outiller même les journalistes afin qu’ils puissent bien mener leurs reportages. Nous avons présenté plusieurs éléments pour éviter que les mêmes erreurs puissent se commettre encore au sein de l’administration  de la justice », a dit Me Yvette NSANGANA, Représentante de l’ACIDH.

Une conférence-échange dont les participants ont promis de faire suivre les recommandations

« l’ACIDH a voulu nous outiller, particulièrement nous journalistes, parce que nous sommes également parti prenante au processus électoral car nous sommes appelés à collecter, traiter et diffuser les informations liés à ce processus, alors il nous est utile de prendre connaissance des entorses au droit à un procès équitable afin que nous reportages en cette matière soient complets car nous sommes appelés à informer la population », a pour sa part indiqué Joël Diawa journaliste à infos-droitshumains.net et l’un des participants.

Cette conférence-débat est la deuxième de la série organisée par l’ONGDH Action Contre l’Impunité pour les Droits Humains avec le financement de l’Open Society Initiative for Southern Africa (OSISA), après celle organisée en faveur des acteurs judiciaires.

Joël Diawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *