16 avril 2024

Justice transitionnelle en RDC : le gouvernement congolais s’engage à collaborer avec toutes les parties prenantes pour une mise en œuvre efficiente

0
Partager

Rédaction :+243817406088

Ouvert le mercredi 25 janvier  à Kinshasa, l’atelier d’évaluation de la mise en œuvre des recommandations de l’équipe d’experts internationaux formulées à la RDC sur les crimes et violations des droits de l’homme commis au Kasaï pendant le phénomène Kamwena Nsapu s’est clôturé le 26 janvier.

Au cours de cet atelier, les participants ont mis en relief les efforts déjà fournis par la RDC. Les parties prenantes dans ce processus ont également évoqué les difficultés qui ont fait que certaines recommandations n’aboutissent pas. Mais au-delà de ces difficultés, les participants ont « identifié des pistes des solutions pour l’avenir », a fait savoir  Koffi Kounte, coordonnateur du secrétariat de l’équipe d’experts internationaux en RDC.

Le président de l’équipe d’experts internationaux en RDC s’est félicité des avancées déjà enregistrées dans la mise en œuvre de ces recommandations parmi lesquelles, les poursuites judiciaires contre certains adeptes de Kamwena Nsapu, la mise en place de la commission vérité, justice et réconciliation au Kasaï central, les consultations populaires et l’adoption de la loi sur la réparation des victimes des violences sexuelles et de lutte contre l’impunité. Bacre Waly Ndiaye a estimé que la RDC est « dans une bonne direction ».

En dépit de cette évolution, Coulibaly Souleymane Kafana estime que « beaucoup reste à faire ». Pour se faire, le représentant de la Directrice Adjointe et coordonnateur de l’unité justice transitionnelle et lutte contre l’impunité du BCNUDH invite les uns et les autres à « continuer à travailler pour cette cause noble ».

De son côté, le Ministre des Droits Humains a réitéré l’engagement du gouvernement congolais à-travers son ministère, à travail avec tous les partenaires impliqués dans ce processus.

« Nous vous rassurons de collaborer avec toutes les parties prenantes en vue d’une mise en œuvre efficiente de la justice transitionnelle en RDC » a dit Albert-Fabrice Puela.

Cinquante participants venus de différents ministères et structures impliqués dans la mise en œuvre des recommandations de l’équipe d’experts internationaux en RDC ont pris part à ces assises organisées par le ministère des Droits Humains en collaboration avec l’équipe d’experts internationaux en RDC et le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme.

AM

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *