Après la fin de la coalition FCC-CACH, Alain Atundu favorable à la reforme de sa famille politique

Partager

Après la déchéance du bureau Mabunda à l’Assemblée Nationale, la nomination d’un nouveau premier ministre et la déchéance du bureau Thambwe Muamba au sénat, le Front Commun pour le Congo (FCC) a définitivement consommé la fin de la coalition avec son partenaire Cap pour le Changement (CACH) tout en avouant son échec.

Cette défaite cuisante de la famille politique de Joseph Kabila est la résultante d’une part de la gestion piteuse des institutions pendant plus de 18 ans, et de la mauvaise coordination d’autre part du regroupement d’autre part.

Basculée dans l’opposition, l’ancienne majorité parlementaire en appelle à une reforme profonde de ce regroupement pour adapter son combat aux réalités actuelles. L’appel est d’André-Alain Atundu, ancien porte-parole de cette famille politique qui avoue par aillieurs le basculement du FCC dans l’opposition :

 » Il est évident qu’il faut modifier non seulement en terme de nom, mais, en terme de contenu. Il y a des regroupements dont une partie est partie (à l’Union Sacrée), une est restée. Nous avons été écarté du pouvoir par le fait que l’alliance a été rompue. On a siphonné nos partenaires politiques et donc en toute logique, le FCC est dans l’opposition du fait qu’il n’est pas dans le pouvoir. « 

André-Alain Atundu estime que l’opposition ne sera pas aisé, mais ayant géré, ils auront des critiques pertinentes qui ne manqueront pas de faire mouche au pouvoir de Félix Tshisekedi.

Chantal KABASUA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.